Fermer
Your wonderland© Copyright 2018. Tout droit réservé.

Dahab, une oasis au péril du tourisme

L’Égypte sait comment éblouir ses visiteurs. Le pays des pharaons a tout pour assouvir votre soif d’histoire et d’aventure que ce soit les grandes plages d’Alexandrie, les mythiques pyramides de Gizeh, les énormes mosquées du Caire ou les temples colorés de Luxor. Le long du Nil est une suite d’artéfact qui vous replonge dans l’antiquité et de communautés vivant au rythme du désert et du fleuve. L’Égypte, malgré son image de tourisme d’excellence, a par contre une culture assez dure, conservatrice comparée aux autres pays d’Afrique du Nord. La pauvreté y est omniprésente dans une mégapole comme Le Caire où on se sent un peu dans une jungle urbaine suffocante. Asser lourd quand on y reste pour un long séjour. Il y a cependant, dans ce grand pays d’Égypte, une oasis de laisser vivre sur la côte est de la péninsule du Sinaï au bord du golfe d’Aqaba, j’ai nommé Dahab. Une « vibe » toute différente du reste du pays où on respire la joie de vivre, où la tradition musulmane n’est pas aussi conservatrice et où les plages de sable blanc rencontrent l’eau la plus bleue que vous ayez vue. Moins touristique que sa voisine Sharm el Cheikh, la ville se développe rapidement et, bientôt, sera aussi malgré elle, un autre point touristique de masse. Rendez-vous au Sinaï !

S’y rendre

Tout d’abord, pour se rendre au golfe d’Aqaba, il vous faut prendre le moyen de transport le plus économique, et c’est le bus. Oui, c’est plus de 7 heures de route. Oui c’est inconfortable, mais c’est seulement 15 $ le billet d’autobus. Les billets d’avion du Caire jusqu’à Sharm el-Cheikh, la ville la plus proche avec un aéroport peuvent coûter jusqu’à plus de 150 $ ! De plus, si vous y allez le jour, vous aurez une superbe vu sur le canal de Suez. Je vous conseille cependant d’y aller la nuit. Vous économiserez du temps de visite et aussi une nuit de moins à payer à l’hôtel. Faites seulement en sorte de vous équiper pour être le plus confortable possible dans le bus. Autre obstacle au trajet, au moins 3 checkpoints de l’armée sur le chemin. L’organisation de l’État islamique est en activité sur la péninsule du Sinaï et les contrôles de l’armée égyptienne sont fréquents. À chaque checkpoint, l’autobus doit s’arrêter, et l’armée fait une inspection des bagages, chaque passager en rang. Ils vont même jusqu’à une fouille complète des sacs, s’il y a suspicion. J’en ai eu moi-même l’expérience et croyez-moi, se faire fouiller encore à moitié endormis à 3 heures du matin n’est pas ce qu’il y a de plus agréable. Enfin, votre choix si vous voulez voyager à petit budget en Égypte.

Dahab plage

Les lieux

Dahab est un petit village touristique à l’image des cités paradisiaques des bords de mer qu’on retrouverait dans les Caraïbes. Sauf que cette fois, c’est le désert qui rencontre l’eau bleue limpide de la mer rouge. Un contraste époustouflant entre les grandes étendues beiges de sable et cet espace qu’on dirait presque indigo qui nous sépare de l’Arabie saoudite, tout aussi désert. Les marchés, les restaurants et les compagnies de tourisme se succèdent tout le long de la plage de sable fin et une grande promenade entrecoupée de palmiers vous y donne accès. Au petit centre-ville de Masbet, les touristes courent les bazars pour négocier avec les Bédoins locaux qui tiennent boutique. Ces mêmes touristes, surtout des Égyptiens des grands centres comme Le Caire et des Russes, se prélassent sur les chaises longues des plages. D’autres font de la planche à voile ou du snorkeling. D’autres enfin, suivent un guide en combinaison pour pratiquer l’activité principale de l’endroit, la plongée sous-marine.

Les activités

Une multitude d’activités sont disponibles dans ce paradis désertique. Vous pourrez facilement et à bas prix (du moins pour nous occidentaux) vous réserver des tours guidés ou des safaris. La visite la plus populaire est celle du monastère Sainte-Catherine. Ce serait l’endroit où Moïse aurait reçu les 10 commandements selon la légende et vous aurez la chance d’y avoir accès avec un guide et un véhicule tout terrain.

Il y a ensuite le Safari dans le canyon coloré en Jeep. Les rochers du Canyon reflètent les couleurs grâce à l’oxydation des minéraux il y a des millions d’années. Vous pourrez entre autres y voir plusieurs espèces d’animaux du désert, dont les Hyènes et les renards. La visite guidée est évidemment disponible aussi à dos de dromadaire. Pour les plus en forme et avec un budget plus serré, la randonnée est de mise.

Seule visite en Jeep que j’ai faite, le village bédouin d’Abu Gallum au nord de Dahab et son fameux blue hole. Le spot de plongée le plus reconnue d’Égypte, mais aussi un des plus dangereux au monde ! Des dizaines de plongeurs y sont morts au cours des dernières années. C’est un énorme récif de corail formant un cylindre (hole) d’un diamètre d’une centaine de mètres et d’une profondeur pouvant aller jusqu’à 130 mètres. Étant peu expérimenter en plongée sous-marine, j’y ai fait du free diving avec des Jordaniens que j’ai rencontrés sur place. Le récif est magnifique avec ses coraux aux mille couleurs, ses organismes marins de toutes sortes et ses bancs de poissons réfléchissant la lumière du soleil dans l’eau. Le « hole » lui, est absolument terrifiant. La mer a beau être la plus limpide, il est impossible de voir le fond de cet abysse sombre. Pas de place à l’erreur lorsqu’on y nage avec son petit tuba.

Enfin, l’activité par excellence et une des raisons pour laquelle Dahab est une destination si prisée, la plongée sous-marine. De très nombreux sites vous feront découvrir la beauté fragile des récifs de corail de la mer rouge et son écosystème infiniment diversifié. Les plus expérimentés pourront s’aventurer dans le fameux blue hole décrit plus haut. Les intermédiaires nageront dans le Canyon de corail un peu au nord de Dahab juste avant Abu Gallum. Moi, n’ayant aucune expérience de plongée, j’ai pu avoir une introduction au scuba diving de 30 minutes, ou jusqu’à épuisement de la bombonne d’oxygène. Le site se trouvait au récif du lighthouse tout près du centre-ville de Dahab. Une de mes plus belles expériences à vie. Le prix quant à lui vous fera bondir. Seulement 20 $ pour l’introduction ! Il faut dire qu’en Égypte, rien ne coûte réellement cher. Certainement un des endroits les moins dispendieux dans le monde pour une telle activité !

Le péril du développement

Il y a à peine 2 décennies, Dahab était encore un tout petit village de Bédouin où seulement les backpackers hardcores venaient pour se retirer de la société. Des hippies venaient se construire des huttes de pailles sur le bord de mer et profiter du surf ou de la planche à voile tranquille. Aujourd’hui, grâce à des plans d’expansions touristiques du gouvernement, la région du golfe est devenue un des endroits les plus populaires d’Égypte. En effet, le nombre de chambres d’hôtel a augmenté de plus 200 % depuis 2003. À comparer à sa voisine Sharm-el-Cheikh qui est une destination de tourisme de luxe possédé par les grandes compagnies hôtelières, Dahab est encore relativement un recueil de tranquillité et a encore cette réputation de village « hippie ». Néanmoins, pour ses habitants, ce n’est encore qu’une question de temps avant qu’elle ne devienne un nouveau Sharm dans le sud du Sinaï. Le gouvernement égyptien travaille déjà depuis un moment sur un plan de développement de cette région de l’Égypte, et les hôtels se construisent les uns après les autres. Cela menace bien sûr le caractère authentique de la ville, car ceux-ci commencent déjà à privatiser les tronçons de plages qu’ils achètent, restreignant l’accès. L’écosystème fragile de cette oasis est aussi en voie de précarité, car l’expansion des infrastructures comme du débit de touriste se fait sans aucune loi de protection de l’environnement. Une dure réalité pour les Bédouins qui y vivent.

En terminant, je vous conseils vivement de faire un tour par le sud du Sinaï explorer ses oasis de liberté. Que ce soit pour les sports nautiques, la plongée ou l’exploration de ses déserts, vous vous trouverez surpris de voir que l’Égypte a encore plus à offrir que ses temples. Cependant, comme pour tout endroit dans le monde, le voyage et la découverte sont à consommer avec modération. Prenez soin de ce qui vous entoure, allez voir les locaux, acheter de leur produit, éviter les grands hôtels et vivez l’aventure un peu plus « wild » comme elle se doit d’être vécu. De cette manière alors peut-être, mais seulement peut-être, pourrons nous garder ces oasis culturelles encore authentiques dans un monde où l’uniformisme du tourisme de masse prend le contrôle sur tout.

2 comments

Write a response

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *